L'ART NUMÉRIQUE

Blog de kimono8 :PAULINE, L'ART NUMÉRIQUE

L'art numérique est connu en tant qu'art depuis 1980, bien que tout le monde ne le reconnaisse pas réellement en tant que tel : les arts classiques (peinture, sculpture, ...) sont souvent peu tournés vers cette nouvelle forme d'art. Il s'agit tout simplement d'art sous toutes formes, utilisant les spécificités du langage 
numérique. Toute oeuvre d'art numérique est composée de 0 et de 1 c’est à dire les bits, composant le fameux langage binaire. Il est porté par la puissance et la rapidité d'un ordinateur pour effectuer certaines choses complexes pour les arts classiques. Un habitué de la 3D pourra créer en bien moins de temps une sculpture virtuelle qu'un sculpteur ne mettrait pour réaliser cette même sculpture en matériau.

L'art numérique, en plus d'être, tout comme l'art classique, un plaisir visuel est un moyen d'expression. Il est également nécessaire, au même titre qu’une peinture décore un mur, pour beaucoup de choses notamment internet. En effet, toute la partie appelée design d’un site peut être considérée comme art numérique. Si il n’y avait pas cet art numérique, que serait un site ? Cela serait alors comme les pages du minitel qu’ont connus nos parents. sous différentes formes : en tant qu'habillage, pour donner sa forme aux jeux vidéos ou sites internet par exemple, ou alors en tant qu'art "pur" dans les dessins animés ou images de synthèse. Nous pouvons également le rencontrer sous différentes formes : jeux vidéos,  sites internet, dessins animés ou images de synthèse.

L'art numérique est donc un art assez récent, et encore peu reconnu. Pourtant, nous le rencontrons tous les jours. 

mercredi 19 février 2014 20:59 , dans L'ART


le patinage artistique: un sport et un art.

Blog de kimono8 :PAULINE, le patinage artistique: un sport et un art.

Quelque part entre l’art et le sport, le patinage sur glace a été pendant des centaines d’années un moyen de transport rapide pour traverser les lacs, les rivières et les canaux gelés. Le plus vieux modèle de patins (un long morceau d’os attaché à des sandales) date de 20 000 ans avant Jésus-Christ.

Le patinage artistique a vu le jour entre le milieu et la fin du 19ième siècle en Europe. Et cela grâce à deux américains :  Edward Bushnell en 1850 a inventé les premiers patins à lames d’acier qui ont permis la création de tours et de manoeuvres complexes sur la glace. Et Jackson Haines, un maître de ballet, qui a ajouté les éléments de ballet et de danse au patinage artistique, le rapprochant de ce que nous connaissons aujourd’hui : un mélange parfait de grâce et force. En 1892, l’International Skating Union a été formé et ce sport a rapidement gagné en popularité.

Le patinage artistique est un sport, mais c’est aussi un art. Gracieux, maître de son corps, le patineur nous livre un spectacle qui exige de nombreuses facultés. Puissance demandée par les sauts, souplesse requise par les figures artistiques et rythme nécessité par la chorégraphie : autant de compétences qui font du patineur un modèle de persévérance. Si la dimension technique est indéniablement très importante, le patinage artistique dégage aussi quelque chose de magique. A mesure que l’on évolue sur la glace nous apparaît une sensation unique,  extraordinaire… Celle de pouvoir voler. 

mercredi 19 février 2014 19:01 , dans L'ART


LE CRIME DE L'ORIENT EXPRESS

Blog de kimono8 :PAULINE, LE CRIME DE L'ORIENT EXPRESS

Hercule Poirot, le célèbre détective Belge est venu résoudre une affaire criminelle en Syrie. Il repart pour Londres avec l'Orient-Express. Alors que le train est bloqué par la neige, un des passagers, Monsieur Ratchett est tué de 12 coups de couteau pendant la nuit. Il s’agit d’un riche américain.  Poirot découvre rapidement que le vrai nom de Ratchett est Cassetti. Ce dernier a pris la fuite des Etats-Unis à la suite du meurtre d’une petite fille, Daisy Armstrong, cinq ans auparavant. Le train étant bloqué par la neige, le coupable est forcément un des occupants du train. Il interroge alors tous les passagers. Les indices se multiplient. Au bout de quelques jours, il découvre la véritable identité d’une passagère, la princesse, qui est la sœur de Mrs Amstrong. II découvre aussi que Mary Debenham a un lien avec la famille Amstrong. Après un huit clos haletant, Hercule Poirot s’aperçoit que presque tous les passagers du train ont un lien avec la famille Amstrong.  Il réussit a trouvé le coupable ou plutôt les coupables car en effet douze des voyageurs ont donné chacun un coup de couteau dans le corps de Ratchett. Ils voulaient tous se venger de l’assassinat de la petite Daisy.

J’ai choisis ce livre car je connaissais vaguement les Agatha Christie et que je n’avais pas encore eu l’occasion de lire un de ses romans. J’ai aimé la façon dont l’auteur à installer le doute dans ma tête. Tous les protagonistes semblent à la fois innocents et coupables. Tout le long du livre, j’ai eu l’impression d’enquêter sur le meurtre du passager. L’atmosphère est oppressante. On se retrouve bloqué par la neige, sans possibilité de s’échapper avec un cadavre dans le train et une quinzaine de personnes suspectes. On tremble souvent car on a l’impression qu’un autre des passagers va mourir, on se prend d’affection pour certains personnages et on est persuadé que certains autres sont coupables. Mais au final, on est loin de la vérité. 

samedi 15 février 2014 22:19 , dans DIVERS


J.O de Sotchi.

Blog de kimono8 :PAULINE, J.O de Sotchi.

Au stade olympique de Sotchi, plus de 40 000 personnes ont assisté à la cérémonie d'ouverture des XXIIe Jeux d'hiver. C’était un spectacle en trois parties réunissant quelque 3 000 artistes. La première partie s'est déroulée avant le passage des délégations sportives. C’est une fillette vêtue de blanc et prénommée Lioubov, « Amour », qui a ouvert les festivités, en s’envolant vers la voûte bleu du stade, survolant un tapis de nuages et rejoignant presque la Lune, sur une musique du grand compositeur russe Borodine.

Isbas en bois, bouleaux, volcans, glaciers, les scènes qui ont défilé sous les yeux du public étaient destinées à montrer l’immensité et la diversité de la Russie. Une belle prouesse technique également pour le défilé des 88 délégations sportives qui ont jailli d’une immense carte du monde, amenées par de jeunes femmes vêtues de blanc. La Grèce a ouvert le bal avec ses athlètes vêtus de bleus, les Russes ont fermé la marche.

 Dans la deuxième partie de la cérémonie, toute l’histoire de la Russie était contée avec plusieurs tableaux : la grande armée de Pierre le Grand avec des coups de canons, la Révolution de 1917 avec une locomotive gigantesque sur fond de musique triomphante,  d'autres tableaux encore sur la période soviétique avec le faucille et le marteau, Saint-Pétersbourg avec Guerre et Paix de Tolstoï sous forme d'un ballet grandiose. Il y aussi eu des tableaux évoquant Moscou, plus moderne avec beaucoup de jeux de lumières. Après que le président russe Vladimir Poutine a déclaré les Jeux ouverts, la flamme a été transmise à deux champions russes qui ont allumé la vasque et le Parc olympique s'est s'enflammé dans un feu d'artifice géant.

samedi 08 février 2014 20:56 , dans SOCIETE


CLAUDE MONET: LA GARE ST LAZARE.

Blog de kimono8 :PAULINE, CLAUDE MONET: LA GARE ST LAZARE.

La Gare Saint-Lazare est une série de douze toiles représentant la  gare parisienne de Saint-Lazare. Elles ont été réalisées par Claude Monet (1840-1926),  lorsqu'il s'intéressa à la vie moderne de son temps après s'être inspiré des paysages ruraux. Ce sont des peintures à l’huile qui sont exposées au musée d’Orsay à Paris. Elles appartiennent au courant impressionniste.

Monet réalise les douze tableaux de la gare dans des conditions atmosphériques variées et avec des points de vue divers. Il essaie de peindre ses émotions d'un espace avec plusieurs toiles comme s'il était impossible de rendre toutes ses impressions en un seul tableau ; de plus celles-ci peuvent changer selon l'heure ou le temps de la journée :

« Je me dis qu'il ne serait pas banal d'étudier à différentes heures du jour le même motif et de noter les effets de lumière qui modifiaient d'une façon si sensible, d'heure en heure, l'apparence et les colorations de l'édifice. »

Au-delà de la fascination pour les effets magiques de l'atmosphère et de la lumière, le peintre représente l'un des emblèmes de la société industrielle alors en plein essor: une architecture de verre et de métal, l'une de ces "cathédrales de l'humanité nouvelle" fêtées par l'écrivain et critique d'art Théophile Gautier.

 Sept versions de La Gare st Lazare ont été présentées à la troisième exposition impressionniste en avril 1877. Emile Zola viendra d'ailleurs à l'exposition s'inspirer de l'atmosphère que dégagent les tableaux pour écrire la bête humaine. 

jeudi 13 février 2014 20:20 , dans L'ART


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à kimono8

Vous devez être connecté pour ajouter kimono8 à vos amis

 
Créer un blog